Salute

Environ 90% du maïs planté aux Etats-Unis est génétiquement modifié. Les aliments génétiquement modifiés – comme les corn-flakes – font donc partie du quotidien aux Etats-Unis. Photo : wikimedia commons.
Environ 90% du maïs planté aux Etats-Unis est génétiquement modifié. Les aliments génétiquement modifiés – comme les corn-flakes – font donc partie du quotidien aux Etats-Unis. Photo : wikimedia commons.

Avant qu’une nouvelle variété génétiquement modifiée (GM) ne soit autorisée en Europe, elle doit être soumise à une exigeante procédure d’autorisation. Celle-ci sert, entre autres, à vérifier les risques potentiels sur la santé. Les produits GM qui passent avec succès ce processus de contrôle, sont donc aussi sûrs pour la santé humaine et animale que les produits conventionnels.

Procédure d’autorisation exigeante pour les variétés GM en Europe

En Europe, c’est l'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESAEFSA) qui est chargée de l'évaluation des risques dans le domaine des denrées alimentaires. Elle évalue, parmi d’autres, les aspects déterminants pour la santé publique suivants:1,2

  • Identifier la modification génétique effectuée. A quel endroit du génome de la plante cible, la nouvelle séquence génétique a-t-elle été insérée ? Est-elle stable ?
     
  • Les organismes d’origine ou la plante cible produisent-ils des toxines connues ou sont-ils susceptibles de provoquer des allergies ?
     
  • Les substances nutritives et les constituants des variétés GM diffèrent-ils de ceux des variétés conventionnelles ?
     
  • Quelle est la protéine produite par les séquences génétique récemment  transférées ? Quelles sont les caractéristiques moléculaires et biochimiques de cette protéine ?
     
  • La nouvelle protéine pourrait-elle avoir des effets toxiques ? Ressemble-t-elle à une autre substance toxique connue ? Dans quelle mesure est-elle stable, respectivement digestible ? Est-elle toxique pour les animaux de laboratoire qu’on nourrit pendant plus de quatre semaines avec cette protéine ?
     
  • La nouvelle protéine pourrait-elle provoquer des allergies ? Ressemble-t-elle à des allergènes connus ? Trouve-t-on des anticorps à cette nouvelle protéine dans le sang de patients allergiques ?
     
  • Existent-t-ils, après une étude alimentaire qui examine l’effet du produit GM sur des animaux de laboratoires pendant 90 jours, des indications sur un risque pour la santé publique ?

Une variété GM qui passe avec succès ces tests, est considérée comme étant aussi sûre qu’une variété conventionnelle. L’EFSA considère que des études à long terme (c’est-à-dire de plus de 90 jours) pour les denrées alimentaires et de fourrage ne sont nécessaires que si l’une des autres études fournit des indications d’un risque sanitaire potentiel.3

> pour plus d’informations sur les études sur l’alimentation animale

En Suisse, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) est responsable des procédures d’autorisations concernant les produits alimentaires et fourrages GM. Normalement, l’OSAV tient compte des évaluations de risque émises par les comités d’experts étrangers, tels l’EFSA. Divers autres services spécialisés sont également consultés en la matière.

Impossible de produire une preuve absolue de sécurité

Quand une nouvelle denrée alimentaire ou un nouvel aliment fourrager est autorisé, il est impossible d’exclure un risque sanitaire à cent pour cent, et ce, malgré des examens approfondis. Produire une telle preuve de sécurité absolue pour les denrées alimentaires est impossible – ceci est tout autant valable pour les produits conventionnels que pour les produits GM.

Littérature

(1) EFSA Panel on Genetically Modified Organisms (GMO) (2011). Guidance for risk assessment of food and feed from genetically modified plants. EFSA Journal 9: 2150. Lien

(2) EFSA (2013) EFSA guidance on the submission of applications for authorisation of genetically modified plants under Regulation (EC) No 1829/2003. EFSA Journal 11:3491. Lien

(3) EFSA (2013) Considerations on the applicability of OECD TG 453 to whole food/feed Testing. EFSA Journal 11:3347. Lien

 

D'autres thèmes?

Étiquetage de chocolat contenant des ingrédients venant d’OGM (exemple fictif). Source: Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires. Illustration: Franziska Oeschger, Forum Recherche génétique.

Consommation

L'importation et l'étiquetage des produits génétiquement modifiés en Suisse

Des études sur l’alimentation animalessont souvent menées chez le rat. Photo: Janet Stephens, National Cancer Institute, USA.

Etudes sur l'alimentation animale

Comment les nouvelles variétés génétiquement modifiées sont-elles testées avant leur autorisation de mise sur le marché