Ricerca in Svizzera

Le riz doré développé à l’EPF de Zurich sera vraisemblablement planté dans un but commercial aux Philippines à partir de 2016. Image: International Rice Research Institute (IRRI).
Le riz doré développé à l’EPF de Zurich sera vraisemblablement planté dans un but commercial aux Philippines à partir de 2016. Image: International Rice Research Institute (IRRI).
×
Le riz doré développé à l’EPF de Zurich sera vraisemblablement planté dans un but commercial aux Philippines à partir de 2016. Image: International Rice Research Institute (IRRI).
Le riz doré développé à l’EPF de Zurich sera vraisemblablement planté dans un but commercial aux Philippines à partir de 2016. Image: International Rice Research Institute (IRRI).

Des scientifiques exerçant dans les instituts de recherches publics en Suisse ont développé une série de plantes génétiquement modifiées (GM) qui pourraient devenir de plus en plus significatives pour l’agriculture en Afrique et en Asie :

  • Le manioc résistant au virus de la mosaïque et à la striure brune
    Wilhelm Gruissem, EPF de Zurich lien lien
     
  • Le « Golden Rice », le riz doré produisant plus de vitamine A
    Ingo Potrykus, EPF de Zurich lien
     
  • Le riz enrichi en fer
    Wilhelm Gruissem et Navreet Bhullar, EPF de Zurich lien lien

D’autres projets axent leurs recherches sur des variétés pertinentes pour la Suisse :

  • Les pommes résistantes à la tavelure et au feu bactérien 
    Cesare Gessler, EPF de Zurich lien
     
  • Le blé résistant au mildiou
    Christof Sautter et Beat Keller, Université de Zurich lien

 

 

En parallèle, plusieurs groupes de recherche travaillent sur la sûreté des plantes GM et sur leur impact sur l’environnement et la biodiversité. Ainsi, Agroscope s’investit depuis le milieu des années 1990 dans la recherche sur la biosécurité des plantes GM et a mis en place un propre groupe de recherche sur la biosécurité. En outre, des groupes de recherche travaillent également dans différentes universités sur les questions de biosécurité :

  • Le groupe de recherche Biosécurité, Agroscope Lien
  • Wolfgang Nentwig, Université de Berne Lien
  • Bernhard Schmid, Université de Zurich Lien

Le groupe de recherche en biosécurité de l’Agroscope étudie, entre autres, l'impact de la toxine Bt sur les organismes auxiliaires - par exemple, la chrysope verte. Images: S. Ausmus, Agricultural Research Service, USA.
Le groupe de recherche en biosécurité de l’Agroscope étudie, entre autres, l'impact de la toxine Bt sur les organismes auxiliaires - par exemple, la chrysope verte. Images: S. Ausmus, Agricultural Research Service, USA.
×
Le groupe de recherche en biosécurité de l’Agroscope étudie, entre autres, l'impact de la toxine Bt sur les organismes auxiliaires - par exemple, la chrysope verte. Images: S. Ausmus, Agricultural Research Service, USA.
Le groupe de recherche en biosécurité de l’Agroscope étudie, entre autres, l'impact de la toxine Bt sur les organismes auxiliaires - par exemple, la chrysope verte. Images: S. Ausmus, Agricultural Research Service, USA.

Le programme national de recherche 59 sur l’utilité et la dissémination des plantes génétiquement modifiées

De 2007 à 2013, le Programme national de recherche PNR 59 requis par le Conseil fédéral a été mené à bien en Suisse, programme qui a examiné l’utilité et les risques des plantes GM sur le territoire national.

Résultats majeurs :

  • Les risques environnementaux liés à la culture de plantes GM ne sont pas différents que ceux existant pour la culture de plantes conventionnelles.
     
  • La consommation de plantes GM commercialisées ne présente pas de risque pour la santé de l’homme et de l’animal.
     
  • La coexistence de culture avec et sans GM serait également possible en Suisse, et n’entraînerait probablement qu’une faible hausse des coûts de production.
     
  • La population suisse reste sceptique à l’égard du génie génétique vert. Cependant, une grande majorité des consommatrices et des consommateurs souhaite maintenir la liberté du choix.
     
  • Les essais en plein champ avec des plantes GM sont sujets à de longues procédures d’autorisation et à des coûts supplémentaires générés par les mesures de sécurité.
     
  • Un moratoire à long terme pour la culture commerciale de plantes GM n’est pas compatible avec la constitution fédérale actuelle.

Plus sur le PNR

Programme national de recherche PNR 59. Utilité et risques de la dissémination des plantes génétiquement modifiées. Lien

Leitungsgruppe des Nationalen Forschungsprogramms NFP 59 (2012) Utilité et risques de la dissémination des plantes génétiquement modifiées. Saisir les opportunités, prévenier les risques, sauvegarder les compétences. Synthèse de programme. vdf Hochschulverlag, ETH Zürich. Lien

Essais sur le terrain

Travail de recherche sur un champ avec du blé génétiquement modifié à Reckenholz près de Zurich dans le cadre du PNR 59. Photo: B. Senger, Université de Zurich.

Les expériences faites en plein champ sont essentielles pour la recherche et la culture sélective des plantes

Des variétés potentielles pour la Suisse

Kartoffeln mit Resistenz gegen Kraut- und Knollenfäule

Certaines variétés génétiquement modifiées pourraient contribuer à une agriculture durable en Suisse.

  • Pubblicazioni

Factsheet: Le piante geneticamente modificate e il loro significato per l'agricoltura svizzera (2013)
  • 2013

Le piante geneticamente modificate e il loro significato per l’agricoltura svizzera

L’agricoltura svizzera deve aumentare la produzione, man­tenendo la stessa qualità e diminuendo l’impatto ambien­tale rispetto al passato. Per raggiungere questi obiettivi posti dalla politica agraria, è importante poter usufruire dei nuovi metodi e delle nuove tecnologie agricole. La se­lezione e la coltivazione di piante geneticamente modifica­te potrebbero contribuire al raggiungimento degli obiettivi agrari posti. Il loro utilizzo nella ricerca e nella produzione di alimenti è attualmente ostacolato da direttive legisla­tive.
Rapporto: Le piante geneticamente modificate ed il loro significato per un’agricoltura sostenibile in Svizzera (2013)
  • 2013

Le piante geneticamente modificate ed il loro significato per un’agricoltura sostenibile in Svizzera

Alcune piante geneticamente modificate (piante GM) potrebbero contribuire ad un’agricoltura svizzera di raccolto particolarmente abbondante e nel contempo rispettosa dell’ambiente. Questo viene dimo- strato nel presente rapporto redatto dal gruppo Accademie svizzere delle scienze. Questo lavoro si rial- laccia al programma nazionale di ricerca PNR 59 nel quale viene assodato come la coltivazione di piante GM non rappresenti alcun rischio ambientale che sia superiore al rischio associato alle coltiva- zioni tradizionali. Nella coltivazione tradizionale vengono incrociate specie esistenti e selezionate (mescolando quindi il loro DNA) finché le piante discendenti mostrano le combinazioni desiderate di caratteristiche. Con i metodi dell’ingegneria genetica vengono modificati in maniera mirata alcuni segmenti del DNA della pianta ospite, introducendo elementi genetici della stessa o di altre specie.